De ce fait, elle est controversée et suscite beaucoup de commentaires. Comme l’ensemble d’autres régions du Niger, les premiers documents sur l’histoire précoloniale du Zigui ont pu être transcrits et reproduits dans des ouvrages à partir de deux types d’informations : (1) les informations recueillies par les explorateurs et missionnaires du 19ème siècle (H. Barth, C. Monteil, Tilho, etc.) (1) Les informations orales recueillies par les commandants de cercle auprès des auxiliaires de l’administration coloniale (chefs traditionnels, interprètes et fonctionnaires indigènes, gardes de cercle, etc.). Ainsi, l’essentiel des informations véhiculées dans les ouvrages et documents publiés plus tard reprennent les versions rapportées par des administrateurs coloniaux comme J. Perié et Sellier, Robin, Ardant Du Picq, Ives Urvoy etc.

A Lire : Histoire de la chefferie de Dosso

Depuis l’indépendance, certaines études ont apporté une contribution à une meilleure connaissance sur l’origine des Zarma, la formation de la province historique du Zigui (Dosso Labo) et ses relations avec certaines principautés voisines, notamment, l’Aréwa, Sokoto et le Kebbi. Outre la contribution de Boubou Hama (1968), il faut signaler ceux de Mahamane Karimou (1977) Boubé Gado (1980), Mme Mounkaila (1989) Fatima, Jean Paul Rothiot (1984). Le rôle joué par les Wangari Zarma dans les conflits armés au cours du 19ème siècle existe dans ces travaux mais ont des interprétations différentes selon les auteurs. Dans son ouvrage, le Zarmatarey (1980) par exemple, Boubé Gado s’est focalisé essentiellement sur l’itinéraire du célèbre guerrier Issa Korombé, le Wonkoye de Koygolo. Pour la même période les sources orales et écrites du Nigéria sur le Kabi et le Zarmatarey considèrent que le Wonkoye de la chefferie de Dosso Daoudou Bougaram (originaire de Nikki près de Mokko) fut le guerrier le plus célèbre du Zarmatarey (Ahmed Bako et Alpha Gado 2016). Grâce à ces travaux, notamment celui de Boubé GADO sur le Zarmatarey, la question sur l’origine des Zarma est aujourd’hui clarifiée même si elle comporte encore quelques (petites) zones d’ombres. Tout récemment, quelques thèses, sur le Zarmatarey, (non encore publiées), ont été soutenues par des jeunes chercheurs au département d’histoire de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, mais leur contenu reste méconnu du grand public..

Pour la même période les sources orales et écrites du Nigéria sur le Kabi et le Zarmatarey considèrent que le Wonkoye de la chefferie de Dosso Daoudou Bougaram (originaire de Nikki près de Mokko) fut le guerrier le plus célèbre du Zarmatarey

Ahmed Bako et Alpha Gado 2016

En ce qui concerne les travaux consacrés exclusivement à la chefferie de Dosso, l’ouvrage de J.P Rothiot (1988) quoique partiel et parcellaire constitue la seule référence. Il n’accorde pas une place importante à l’histoire précoloniale du Zigui. Il s’agit d’une étude sur les premières décennies de présence française à Dosso ou plus précisément, une étude sur la vie et l’œuvre d’un seul Zarmakoye, du Zarmakoye Aouta.
Le livre insiste beaucoup sur les rapports tantôt amicaux, tantôt tumultueux entre l’administration coloniale et Zarmakoye Aouta considéré comme l’un des plus grands chefs africains ayant bénéficié des faveurs de l’administration coloniale. Ce n’est pas un hasard si l’ouvrage de J.P Rothiot est l’une des publications les plus disponibles dans les bibliothèques et centres de documentation du Niger. A l’époque, la thèse (avant d’être publiée) a été reproduite et distribuée dans les Ministères et services de l’administration nigérienne afin de porter à la connaissance de l’ensemble des Nigériens sachant lire, les rapports entre la chefferie de Dosso et l’administration coloniale. Ce qui, en soit, n’est pas une mauvaise chose. Le problème réside dans le fait que beaucoup de lecteurs de ce livre, n’ont retenu de l’histoire du Zigui que cet épisode colonial, qui dans l’histoire générale du Zigui, ne constitue qu’un épiphénomène. C’est pourquoi dans les pages qui suivent nous proposons au lecteur de prendre connaissance de l’ensemble des Zarmakoye qui se sont succédé depuis la création du royaume par le grand Tagour au début du 17ème siècle. Il ne s’agit malheureusement pas de résultat d’une recherche historique originale. Il s’agit d’une synthèse du contenu d’ouvrages et document (disponibles).
Croyez nous, nous nous sommes efforcés de ne porter à la connaissance du lecteur que des faits susceptible d’être vérifiés.


A découvrir dans la version numérique ou le format papier les éléments ci après : Le Zigui (Dosso Labo) Tarifo

  • Les institutions politiques et administratives dans le Zarmatarey Précolonial
  • Les Zarmakoye qui se sont succédé au trône depuis la création royaume